Malware mirai

Le retour de Mirai le Malware des objets connectés

Mirai, le virus qui a œuvré en 2016 en s’attaquant aux objets connectésn est de retour.

Mirai revient avec pas moins de 27 variantes.

Infectant les routeurs, webcams et autres objets connectés, avait fortement impacté le réseau Internet américain et tenté de mettre l’hébergeur OVH à terre par une attaque par deni de service ‘DDoS.
Il revient, visant les réseaux d’entreprises, on peut le retrouver notamment dans les téléviseurs connectés.

Mirai s'attaque aux objets d'entreprises

Ces nouvelles attaques sont plus tournées vers des objets connectés utilisés par les professionnels, pour leurs réseaux ou pour des services à la clientèle (bars, hôtels…).

Pourquoi précisément ces objets et des réseaux d’entreprises ?
Un expert de Palo Alto Networks répond :
« Cibler les entreprises permet d’accéder à de grandes bandes passantes, ce qui offre plus de puissance de feu au botnet lors des attaques DDoS ».

Parmi les objets visés, on peut signaler des routeurs netgear, Zyxel ou encore Dlink, le WePresent WiPG-1000 Wireless Presentation systems.

mirai malware des objets connectésLes télé&viseurs LG pro...

Toujours le même problème des objets connectés fonctionnant avec des système « maison » de Linux. Ces systèmes étant peu ou pas sécurisés, les infections sont relativement aisées pour les hackers.

Le suivi de du peu de sécurité est également peu professionnel, les failles sont donc trouvées facilement par les pirates.

Les infections de Mirai continueront tant que les industries et développeurs ne seront pas plus regardant sur la sécurité.

certains appareils Android sont peu sécurisés.

Les terminaux Android utilisent des applications de sécurité peu fiables.

C’est ce qui est révélé par AV-Comparatives qui a testé plus de 250 antivirus.
80 ont pu détecter plus de 30% d’infections, sans fausse alerte.
23 ont réussi le test sans erreur.

Parmi les bons élèves, Avast, AVG, AVIRA, Bitdefender, F-Secure, Kaspersky Lab, McAfee, Sophos, Symantec et Trend Micro.

Certaines applications de sécurité n’utilisent qu’une liste noire, facilement contournable par les hackers.

Securite androidPour son test, AV-Comparatives s’est servit de 2000 échantillons de malwares.
100 échantillons de programmes sains susceptibles de créer des alarmes ont également été utilisés.

La plupart des tests ont été effectués sur un smartphone Samsung Galaxy S9 sous Android 8.0 et un Nexus 5 sous Android 6.01 lorsque des problèmes de compatibilité survenaient.

Le bilan est assez simple, il faut rester sur des valeurs reconnus pour protéger son smartphone. En cas de doue sur la sécurité du smartphone, de la tablette ou de l'ordinateur, demandez conseils à l'assistance de Paris-Informatique..

communication sécurité objets connectés Android Malwares high tech