Votre navigateur ne supporte pas le javascript
Paris - Informatique - Dépannage et assistance à domicile 01 83 92 41 68

Virus et piratage informatique

Le piratage en fête en 2016

Le Web libre, c’est bien. Le Web, société des mafias, c’est moins bien

2016 a vue exploser le nombre d’attaques Web de tous genres.

On ne va parler des petits abrutis qui vous cassent régulièrement les pieds sur votre ordinateur, mais des vrais mafias internationales (Esternationales en général !).

Les Rançongiciels ou Ransomwares

Ils ont fait une percée fracassante. Chacun connait une personne ou l’ami de…qui a été victime d’un Ransomware.

En français Rançongiciels, ces malwares arrivent sur les ordinateurs par le biais d’un mail frauduleux en général, mais peuvent aussi transiter via un lien sur le Web.

Une fois qu’il est activé, ce virus va chiffrer tout ce qu’il rencontre sur le disque dur. Certains ont un peu de chance et le malware ne chiffre qu’une partie du disque.

Il faut à l’utilisateur régler une certaine somme d’argent en Bitcoin, pour pouvoir récupérer ses données.

De quelques centaines d’euros pour les particuliers à plusieurs milliers pour les sociétés.

La protection ? Faire une sauvegarde sur un disque dur externe que l’on ne laisse pas connecter en permanence.

Leurs noms ?  Locky, Jigsaw, Petya, Ransom32, CryptoWall, TeslaCrypt, Popcorn Time (ne pas confondre avec le logiciel un peu pirate pour regarder des films).

Et ces logiciels étant distribués sur l’Internet officiel, ce n’est pas près de s’arrêter !

Hackers

Poséidon la terreur des grands groupes

Pétroliers, médias…sont la cible de ce groupe de pirates qu’a révélé Kaspersky.

Son but ? Récupérer des informations hautement protégées et les revendre sur le marché noir ou s’en servir comme moyen de pression et de racket.

Les braqueurs nouvelles formules : les cyber-braqueurs

Terreurs des banques, ils les ont délestées de plusieurs millions de dollars, + d’un milliard en 2015.

Le groupe baptisé Carbanak pionnier dans le genre a vu des imitateurs aussi efficaces que lui entrer dans ce busness (Metel et GCman…).

La Banque Centrale du Bangladesh ou la banque équatorienne se sont fait dérober respectivement 81 et 12 millions de dollars avec la méthode de virements Swift.

Une partie de ces fonds a été pisté jusqu’à des comptes bancaires de casinos basés aux Philippines.

Ces cyberbraqueurs utilisent la technique utilisée lors de l’attaque de Sony en 2014. Corée du Nord ?

La révélation de données

Volées il y a quelques années, des données personnelles, identifiants et mot de passe ont fait leur apparition et ont été mis en vente sur Internet.

Les données des abonnés de LinkedIn (117 millions), MySpace (360 millions), Tumblr (68 millions), Twitter (71 millions), VK (93 millions), Dropbox (68 millions), Fling (40 millions), iMesh (49 millions)….se sont retrouvés en vente sur le Darknet.

Les utilisateurs s’aperçoivent que leurs données ne sont pas vraiment protégées et qu’elles se monnayent sur Internet.

Yahoo bat tous les records avec des piratages à répétitions depuis 2013. Plus de deux milliards de données volées et surtout le code source de Yahoo permettant de fabriquer de faux cookies d’authentification et de pénétrer sur n’importe quel compte utilisateur sans mot de passe.

La parade ? Ouvrir un compte chez un autre fournisseur…

Un des pirates est arrêté à Prague.

Piratage des élections américaines

Les groupes APT28 alias Fancy Bear et APT29 alias Cozy Bear dépendant respectivement des services spéciaux russes (FSB) et du renseignement militaire russe (GRU) se sont distingués.

Piratage du Comité national démocrate (Democratic National Committee, DNC).

Révélation de plusieurs milliers d'emails confidentiels sur Internet.

Barrack Obama, pour sa part, a accusé publiquement le Kremlin et a promis des représailles…

La NSA, piratée elle aussi

Les Shadow Brokers, un groupe de pirates, révèle en août et met en ligne, des outils d’espionnage de la NSA.
Les experts ont authentifié ces outils.

Le groupe menace de mettre en vente sur le Darknet son butin.

Certains pensent que le kremlin serait derrière ce groupe.

Moyen de pression sur les États-Unis de la part de Poutine ?

Big brother russe

Les backdoors chinoises

Les chercheurs de Kryptowire découvrent sur un smartphone le logiciel Adups FOTA,.

Destiné à permettre la mise à jour du système, il s’avère qu’il récupère également les sms et peut exécuter à distance n’importe quel code informatique.

Il a été identifié sur les appareils Blu, Archos, ZTE et Lenovo et 43 autres fabricants

Un autre logiciel de la société chinoise Ragentek est dénoncé.

La société russe de sécurité Dr.Web  trouve deux autres backdoors, malveillants sur des appareils Lenovo.

Jean-Claude Ponsonnaille sur

sécurité société

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau