Paris-Informatique : 01 83 92 41 68 dépannage informatique à domicile - assistance - installation - maintenance
Paris-Informatique : 01 83 92 41 68

Ios 1

Google utilisait un VPN pour récoltait des données

Google s’est fait épinglé tout comme l’avait été ilk y a peu Facebook.
Le Géant collectait des données venant d’utilisateurs d’iOs via une application du genre VPN.
Les usagers d’iOS étaient au courant et recevaient des chèques cadeaux pour leur participation. Méthode interdite par les conditions d’utilisation des applications d’Apple.

Facebook a été pris la main dans le sac il n’y a que quelques jours.
Grace à un VPN, la société récoltait les données d’utilisateurs du système d’Apple contre une petite rétribution.
Les données étaient utilisées pour élaborer des plans marketing grâce à une application à usage interne.
Le Géant de Cupertino a alors révoqué tous les certificats de développeurs utilisés dans le cadre de l’Apple Enterprise Program par le réseau social.

Google

Des sanctions contre Google ?

Selon TechCruch, Google disposait d’une application, « Screenwise Meter », pour tricher également avec les conditions d’Apple.
Les utilisateurs d’iOS devaient donner leur consentement pour que Google puisse récolter leurs données d’utilisations via le VPN.
Des chèques cadeaux étaient distribués pour rétributions…

L’application qui a été retirée par Google après les mésaventures de Facebook avec l’utilisation de « Facebook Research », existait depuis 2012.

FacebookUn porte-parole de TechCruch explique : « L'application iOS Screenwise Meter n'aurait pas dû fonctionner dans le cadre du programme d'entreprise pour développeurs d'Apple. Il s'agissait d'une erreur et nous nous en excusons. Nous avons désactivé cette application sur les appareils iOS. L’utilisation de cette application était complètement basée sur le volontariat, et l’a toujours été. Nous avons discuté avec les utilisateurs de la manière dont nous utilisons leurs données dans cette application. Nous n’avons pas accès aux données chiffrées dans les applications et sur les appareils, et les utilisateurs peuvent à tout moment se retirer du programme. ».

Apple va-t-il prendre des sanctions contre Google ?
Rien de plus sur, étant donné les enjeux financiers liants les deux Géant s du Web.
Théoriquement Apple devrait également révoquer les certificats Enterprise Developer Program de Google. Celui-ci évitera-t-il la sanction ?

Google a réagi plus rapidement que Facebook. Et surtout Google et Apple ont des relations commerciales bien plus importantes que Facebook et Apple.
Google paye plusieurs milliards le placement de son moteur de recherche sur iOS.

Le patron d’Apple, Tim Cook, devrait donc modérer les sanctions.

Des méthodes de collecte des données douteuses

Les méthodes des Géants du Web nous montrent que les lois n’existent pas pour ceux qui veulent savoir comment sont utilisés les Nouvelles Technologies.
Toutes informations pouvant amener à passer des contrats avec des régies publicitaires sont bonnes à prendre.
Convaincre des utilisateurs, contre une faible rétribution, à « vendre » leurs données d’utilisation, et autoriser ces GAFA à entrer dans leur vie privée prouve également que tout s’achète, même dans la vie digitale.

Apple

En juillet 2018, le congrès américain s’interrogeait sur la collecte des données par Apple et Alphabet.
Des lettres adressées au PDG d'Apple, Tim Cook, et au PDG d'Alphabet, Larry Page, demandant comment leurs entreprises protègent la vie privée des utilisateurs.

Les questions portaient notamment sur leurs produits, iPhone et Android.

La collecte de données hors ligne grâce aux services de localisation, de connexion Bluetooth, de tours cellulaires, des points d'accès Wi-Fi.

« Considérant que de nombreux consommateurs pensent probablement qu'un téléphone dépourvu de carte SIM, ou pour lequel ils ont désactivé les services de localisation, le Wi-Fi ou le Bluetooth, par exemple en activant le" Mode Avion ", ne les suit pas activement, ce comportement présumé est troublant » soulignent les deux lettres.

La capacité des applications tiers à collecter des données, comme la possibilité de collecte par les microphones des smartphones.
L’accès à Gmail par des applications tiers posait également questions.